Profiter des bonnes idées en matière de santé au travail

Pour protéger les techniciens après-vente qui accomplissent seuls des travaux dangereux sur le terrain, une équipe de Volvo Bus en Amérique du Nord a instauré une politique sur le travail en solo et un système d'alerte qui se déclenche après un certain délai lorque l'un d'entre eux ne répond pas à un appel. « C'est un excellent exemple de la façon dont nous partageons nos bonnes idées et apprenons les uns des autres dans notre action en matière de santé, de sécurité et de bien-être au sein du groupe », déclare Anne Lyse Ruis Belles, directrice de la santé et de la sécurité du groupe Volvo.

Anne Lyse Ruis Belles
Randy Castillo

Randy Castillo

Randy Castillo travaille pour Prevost, la filiale de Volvo Bus en Amérique du Nord. Avec ses collègues du réseau après-vente , il a lancé une initiative pour la prévention des accidents lorsque les techniciens interviennent seuls.

« En tant que techniciens après-vente, nous partons souvent seuls pour réparer un bus, soit dans un atelier, soit sur le site du client. Nous souhaitions rendre le travail quotidien plus sûr et moins risqué », explique-t-il.

Randy et ses collègues ont établi une liste de toutes les situations auxquelles les techniciens se trouvent confrontés. Elles ont été classées en trois catégories, le niveau 3 correspondant aux tâches pour lesquelles l'intervention ne doit pas être effectuée seul, comme, par exemple, une intervention électrique sous haute tension. Travailler en solo lorsqu'il s'agit des niveaux deux et un, c'est très bien, mais uniquement en garantissant l'accès à un système de communication qui fonctionne correctement. Toutes les informations et données ont été compilées depuis dans une « Politique du travail en solo ».

De plus, les membres de l'équipe utilisent une application sur leur smartphone qui prévient une plateforme centrale si le technicien ne répond pas dans un certain laps de temps.  Ce dernier peut aussi appuyer sur un bouton d'alarme dans l'éventualité d'un accident.

Cette initiative a été récompensée par le Volvo Group’s Global Health and Safety award 2016. Ce prix qui existe depuis dix ans met à l'honneur les meilleures pratiques en matière de santé, de sécurité et de bien-être au travail au sein du groupe.

« Ce prix est une grande source d'inspiration. Il nous permet de profiter des bonnes idées en provenance de l'ensemble groupe tout en encourageant nos employés à s'investir dans l'amélioration de leur environnement de travail et de leur santé », ajoute Anne Lyse Ruis Belles avec enthousiasme.

L'intérêt pour le prix a grandi au fil des années et l'on recense pour 2016 pas moins de 34 initiatives différentes venues du monde entier.

« C'est vraiment formidable », poursuit-elle. « Nous avons reçu nombre de très bonnes idées issues de divers secteurs du groupe. Tous les participants ont pu les exposer à la communauté Santé et de sécurité. »

Le prix annuel de la santé et de la sécurité permet de développer le domaine de l'environnement de travail et de la santé au sein du groupe. Anne Lyse Ruis Belles évoque ensuite les six équipes d'experts qui s'y consacrent.

« Ces experts fournissent des politiques, des instructions, un soutien et un accompagnement pour l'ensemble du groupe. Nous travaillons par exemple sur des directives mondiales qui visent à améliorer l'ergonomie de tous nos postes de travail. Nous commençons par nos installations de production, puis nous allons nous pencher sur les points de vente et de service  et nos bureaux. Nous prodiguons aussi des conseils à nos collaborateurs sur la façon de prendre soin de soi dans différentes situations lorsqu'on voyage », explique-t-elle en soulignant qu'en matière de santé et de sécurité au travail, l'essentiel est de protéger l'actif le plus important de la société : son personnel.

« En octroyant à nos employés les meilleures conditions de travail possibles, nous leur permettons également de progresser, de s'épanouir et d'être plus investis », assure-t-elle.